par Laurent Brouat

Cela fait 2 ans que je forme et conseille les professionnels du recrutement (aussi bien anglais que français) et un thème revient souvent dans les tours de table: les réseaux sociaux ne sont pas des outils de court terme…

Autrement dit les réseaux sociaux ne vont pas donner de résultats tout de suite maintenant mais porteront leur fruit sur la durée avec tout un travail à accomplir en amont.

Un constat

Effectivement les réseaux sociaux ont souvent un courbe d’apprentissage…comme tout outil me direz-vous. Et quand je forme des professionnels du recrutement, le constat « terrain » est qu’un recrutement immédiat ou en intérim par exemple n’est pas adapté pour les réseaux sociaux.

Le consultant recrutement doit donc faire un profil, accroitre son réseau pour y intégrer petit à petit candidats et clients…et certes cela peut prendre un peu de temps au démarrage.

Mais pourquoi les réseaux sociaux seraient un outil de long terme?

Déjà je vais modérer mon propos car « long terme » ressemble à un gros mot et je pourrais aussi dire moyen terme aux vue des résultats observés sur le terrain justement (6 mois-1 an).

Et donc pourquoi les réseaux sociaux seraient un travail de longue haleine?

D’abord le type de candidats que vous y trouvez. Sur les réseaux sociaux la plupart des personnes sont en poste, soit environ 80% des profils sur linkedin/Viadeo (pourcentage des candidats passifs sur une population donnée). Et donc contacter ces candidats passifs augmente forcément les chances d’un refus…mais un refus pour le poste et pas forcément un refus pour se connecter…et la nuance est de taille (c’est même ce qui justifie le recrutement sur les réseaux sociaux). Et donc je peux me constituer un vivier de candidats (passifs) contactés sur les réseaux sociaux et les intégrer dans mon réseau pour leur proposer quelque chose quand ils deviennent disponibles. Mais c’est un travail sur la durée…

Le graphique ci-dessous présente d’ailleurs le pourcentage de personnes en poste/recherche d’après une étude sur Linkedin.

Ensuite il y a un certain nombre de règles à respecter et que souvent les professionnels du recrutement oublient…car l’internet donne cette illusion de la facilité…un clic et hop c’est fait. Et une de ces règles passe par un profil professionnel (votre réputation est en jeu) et surtout une étiquette. Et quand je dis étiquette, je veux dire un comportement professionnel…pas de mails non personnalisés ou de mailings sauvages à des gens que je ne connais pas. Car ces même personnes sont toujours étonnées: « je ne comprends pas, j’ai envoyé 100 demandes de mise en relation, et les personnes ne me répondent pas! ». Et respecter et comprendre ces étapes prend un peu de temps au départ.

Enfin les réseaux sociaux c’est aussi et surtout un outil pour gérer son réseau et les professionnels du recrutement n’échappent pas à cette règle. Et c’est comme le chercheur d’emploi qui se met à développer son réseau alors qu’il a perdu son job, le professionnel du recrutement doit développer son réseau candidats/clients en amont du recrutement et ce d’autant plus qu’il travaille sur des profils pénuriques et difficiles.

Et ce travail de réseau est un travail sur la durée…je rencontre ce candidat, il ne cherche pas maintenant mais je lui envoie une demande de mise en relation…et il fait parti de mon réseau…réseau que je vais entretenir sur la durée et notamment en reprenant la liste de mon réseau Linkedin/Viadeo le 31 décembre pour envoyer un mot de bonne année.

Alors oui il y a des exceptions car ces candidats que je ne trouve plus sur les jobboards et qui sont sur les réseaux sociaux vont répondre immédiatement à mon mail…

La difficulté pour les recruteurs

Le recrutement tel qu’il est pratiqué aujourd’hui en France est un processus de réaction avec un cycle court…alors que les réseaux sociaux sont sur un cycle moyen/long.

J’ai un besoin identifié par l’opérationnel qui le re-passe au professionnel du recrutement qui rédige une petite annonce et la met sur un jobboard. Une fois le recrutement effectué, je passe au suivant.

Réaction, réponse et résultat.

Beaucoup des professionnels du recrutement que je rencontre sur le terrain ont peu de temps disponible et sont toujours dans la course donc leur parler de long terme ou d’anticipation, on est à la limite du « gros mot ». Certains comprennent bien la partie réseau des réseaux sociaux et à la rigueur le sourcing ou même la réputation (eh oui tout le monde vous google) mais cela reste encore difficile.

Le recrutement est un métier de réaction et d’immédiateté.. »j’en ai besoin maintenant, que voulez que je fasse avec Viadeo?? »

Mais la magie opère quand le recruteur comprend qu’il peut intégrer ces pratiques de façon efficace sans y passer trop de temps…mais encore faut-il s’y mettre ou se lancer. Se détacher de l’opérationnel, du quotidien, c’est tout le défi.

Car après tout les outils, on s’en fout un peu…aujourd’hui c’est Viadeo et Linkedin demain ca sera Pinterest…mais c’est le comportement des professionnels du recrutement qui est au cœur du changement.

Ces même professionnels comprennent que petit à petit, de nouveaux comportement apparaissent et se développent…au-delà des outils. J’ai déjà mentionné l’importance des nouvelles compétences comme celles de marketing…mais pas seulement.

Alors les réseaux sociaux, pour vous, c’est du long terme? Et surtout êtes-vous prêt à investir du temps? ou pas?

C’est votre choix…