Sonder ici semaine après semaine les dernières tendances RH, c’est surfer entre les déferlantes de modes écrasantes qui suscitent l’engouement général (c’est le cas en ce moment de la Marque Employeur, au grand dam des défenseurs de la RSE), et les vaguelettes un peu troubles de concepts plus émergents. L’expérience candidat fait partie de ces notions aux contours pas très clairs et qui ne font pas (encore ?) l’unanimité. Pourtant, cette vitrine de la Marque Employeur est prometteuse sur bien des terrains.

 

L’expérience candidat, un mauvais cheval de bataille ?

course de chevauxPour Thierry Delorme, c’est un nouveau cheval de bataille, aussi se livre-t-il dans son dernier billet à l’exercice délicat de sa définition. Et, en dépit, de la méfiance des RH vis-à-vis du marketing et de la communication, l’expérience candidat est l’exemple même de ces concepts marketings qui débordent aujourd’hui largement dans le champ des RH. Pour Thierry Delorme, il s’agit de bien davantage que d’outils ou d’optimisation de process. L’expérience candidat est affaire d’émotions et de sentiments ! Il pose, du coup, cette question très pertinente : les entreprises se plient en quatre pour réduire à tous crins le nombres de clics nécessaires à une candidature en ligne, mais pourquoi une telle débauche d’énergie et de moyens si on embarque ensuite le candidat pour une série de 7 entretiens ?!

L’expérience candidat ne serait donc qu’ « une immense machine à fabriquer de la déception« . Pourquoi ? Parce que le parallèle entre client et candidat est sans doute attrayant et rassurant mais qu’il a des limites. La principale réside dans le fait qu’un client ne se verra jamais refuser une vente, alors que le candidat, lui, essuiera bien des refus au cours de ses expériences avant de se faire embaucher.  Jules Renard voyait dans l’expérience « un cadeau utile qui ne sert à rien« . Quid de celle du candidat que les entreprises bataillent à sublimer ?

 

Quand expérience candidat rime avec recrutement mobile

mobile planet earthMarie-Pierre Fleury aborde également ce sujet mais à travers la question du recrutement mobile, sans doute la tendance de l’année (quelques chiffres à l’appui venu d’Outre-Manche). Selon elle, le mobile serait un nouveau pilier de l’expérience candidat.

Ses atouts pour le candidat :

  • réactivité, instantanéité, raccourcissement des délais de recrutement ou d’emploi,
  • meilleur accès aux offres et à l’information en général,
  • meilleure qualité d’information,
  • relation continue, permanente et en tout lieu avec l’entreprise.

 

Le mobile, challenger 2013 ?

Le recrutement mobile est loin d’être à maturité, et en vue d’en optimiser l’expérience, Marie-Pierre lance un appel à la créativité. Elle propose elle-même quelques pistes d’amélioration ou de réflexion :

  • créer des alertes adressées au candidat pour chaque nouvelle offre d’emploi,
  • faciliter les candidatures en permettant au candidat de postuler à une offre sans jamais passer ni par le site Carrières, ni par sa boîte mail pour envoyer son CV,
  • créer chez le recruteur une alerte indiquant la nouvelle disponibilité d’un candidat qui passerait de la veille à une recherche plus active,
  • aider à la planification des entretiens, …

Et vous ? vous avez des idées pour faire du mobile un vrai plus de l’expérience candidat ?

Mobile1

A condition de dépasser le côté gadget de l’innovation technologique, il y a derrière le recrutement mobile des principes d’instantanéité, de réactivité, de fluidité dans la relation, … qui pourraient ne plus être l’apanage du recrutement mobile mais le nouveau visage du recrutement tout court.

Marie-Pierre Fleury et à Thierry Delorme ont en commun cette réserve que le tout technologique n’est pas la panacée et que des interactions moins virtuelles doivent prendre le relai des outils.

 

Recrutement 2.0 : oserez-vous la réalité virtuelle ?

réalité virtuelle

Interactions d’accord, mais pas nécessairement rencontre physique ! Du moins est-ce le point de vue défendu par Jean-Christophe Anna dans son billet : « Pourquoi l’entretien de recrutement est inutile et inefficace« . Bien plus qu’un exercice de style au ton provocateur, il en a fait aujourd’hui son credo et l’histoire de Link Humans est semée d’exemples illustrant ces propos. Mais cette philosophie peu orthodoxe n’est pas encore vraiment dans les mœurs. Les habitudes ont la vie dure !

Et j’en veux pour preuve la dernière vidéo corporate du Groupe La Poste, présentée dans le cadre du Petit-déjeuner « E-recrutement : diversifiez les canaux pour trouver les meilleurs candidats » (#eRecrut2013), organisé par Talentsoft et Althéa. Le film, qui illustre le slogan du Groupe  » Créer des liens pour se rejoindre « , s’achève sur…

…  » Alors rencontrons-nous !  » 😉

la poste

 

Mais, une fois évacuée cette petite boutade, il est bien plus pertinent de s’attacher à la présence forte de La Poste sur les réseaux sociaux. En peu de temps, le Groupe a fait de son site carrière le centre d’un écosystème viral au service de de la Marque Employeur.

#eRecrut2013 eRecrut2013 - BFouks

Un bel exemple de ce peut être une « DRH force motrice de la transformation culturelle de l’organisation« , telle qu’évoquée par Stéphane Poignant. Pour lui, la fonction vit une nouvelle mutation et, après avoir été la DRH de l’efficacité administrative, puis celle de l’efficience au service des métiers, elle voit lui échoir un nouveau rôle dans lequel les technologies et « les fonctions analytiques auront un grand rôle à jouer » (lire également à ce sujet le billet de Bertrand Duperrin sur les RH « à la sauce Moneyball ».)

 

Une Marque Employeur qui descend dans la rue

A l’instar du Groupe La Poste, une enseigne a fait l’actualité cette semaine en faisant peau neuve de sa Marque Employeur. Et Séphora l’a fait en battant le pavé d’un pas léger. De la légèreté, oui, car le mot d’ordre c’est « Etre sérieux sans se prendre au sérieux« . Quant aux pavés, pas de défilés, de banderoles et de CRS au programme, mais le nouvel habillage de l’écosystème digital de Sephora, imaginé par Sandrine Estrade Boulet (Havas paris), d’inspiration Street Art. Une jolie campagne qui vient mettre un peu de poésie dans notre jungle urbaine. 🙂

passage pietons sephora 2013immeubles sephora 2013fille maillot sephora 2013